Diffractions

 


Dans mes images, la matière visuelle est redéfinie, les objets sont décomposés pour être réassemblés selon des volumes et des plans complexes, redonnant une nouvelle conception de notre vision du monde. 


Pablo Picasso changeait par son regard expressif, la perception des objets et l'espace qui nous entoure pour surprendre et interroger le spectateur.

À ma façon, je recompose notre perception du monde en une retranscription des informations ressenties dans un langage fait de matière visuelle.


Les vibrations ou les impressions que je ressens en certains lieux sublimes, sont capturées par le prisme (ou le pentaprisme) de mon appareil photographique pour prendre forme dans le champ de notre perception visuelle, tout comme les ondes lumineuses (cette matière informe de particules élémentaires) qui passent à travers le sténopé d'une boîte noire pour prendre forme à nos yeux par leur simple diffraction.


En quelque sorte, il s'agit de suggérer au lecteur de ressentir ce qui est, plus que de voir ce qui était.


A priori, la lecture ne semble pas directe mais au fur et à mesure que l'on découvre mes images, on trouve petit à petit les clés nécessaires à leur lisibilité et leur compréhension.


Dans une époque où l'on a besoin de comprendre tout immédiatement, où le temps rythme et ordonne nos émotions, l'intemporalité de mes photographies presse l’observateur à s'arrêter, à suspendre son temps, à faire abstraction de son quotidien pour pénétrer les multiples strates de mes images et libérer son subconscient.


0x3877BF03 © ericPetr, 2017




Commentaires

Articles les plus consultés